Les usages indirects à SAP peuvent être couteux et inattendus !

Quand vous interfacez des applications tierces à SAP, vous devez vous poser quelques questions avant d’avancer plus loin.

usages indirects avec SAP

L’actualité est plutôt brûlante avec les récents cas Diageo et AB-InBev.
Potentiellement, il suffit à SAP, de réaliser des audits de l’ensemble des clients pour réussir à trouver des cas similaires, et réclamer quelques millions d’euros.

Qu’est ce que l’usage indirect ?

Pour SAP, tous les usages des solutions doivent être couverts par une licence. L’usage indirect concerne également toutes les applications tierces ayant besoin de créer, manipuler ou visualiser les données dans votre ERP SAP.

Techniquement, dès qu’un transfert de données est effectué à distance avec les protocoles SAP (type RFC), c’est un cas d’usage indirect.

Si de la donnée est créée, modifiée ou visualisée par une application tierce, il est donc nécessaire de disposer d’une licence nommée.

Des exemples d’usages indirects

Les cas suivants sont, donc, des exemples où une attention particulière devrait être portée

  • Accès d’un CRM dans l’ERP
  • Commercial qui crée des commandes depuis une application mobile tierce
  • Contrôle des stocks par une application tierce
  • Création d’un portail avec visualisation de données article, clients, fournisseurs, …

Quelles licences ?

Si vous avez éventuellement 1 000 utilisateurs externes qui accèdent en direct à SAP via une application tierce, vous devriez avoir 1 000 utilisateurs nommés.

« if the users exchange information with the SAP software in dialog or prompt mode. It makes no difference whether the software is accessed directly or indirectly

Dans tous les cas, nous vous conseillons de ne pas céder à la panique. Dans un premier temps, faites un inventaire de tous les usages indirects, et également, regardez les contrats que vous avez signés avec SAP.

Usages indirects : les temps changent

Pour pallier l’anxiété ambiante, Bill Mc Dermott, CEO de SAP vient finalement d’annoncer au Sapphire d’Orlando, la mise en place d’une nouvelle tarification concernant les usages indirects.

usages indirects nouveautés SAPPHIRE 2017

Voir l’article de Silicon: Accès indirects : SAP fait de premières concessions aux DSI

1. Consultation = non facturée

SAP devrait donc entièrement autoriser les clients à visualiser les données, à partir d’applications tierces.
Cette décision devrait ouvrir la porte à de nombreuses applications :

  • Accès aux données, commandes et soldes clients depuis un CRM
  • Vérification des stocks en direct
  • Portail fournisseur pour voir la situation des commandes d’achats

2. Création et modification = facturation au volume de documents

Il existait déjà des licences pour les scénarios Order to Cash et Procure to pay. Nous attendons désormais une généralisation pour l’ensemble des interactions possibles avec l’ERP. Ces licences pourront notamment servir à connecter Salesforce et SAP, par exemple.

Cette décision démocratise SAP Cloud Platform et ouvre la porte à l’innovation

En effet, à l’ère des IoT et autres innovations, SAP et notamment son dernier ERP S/4HANA devrait servir de socle et partager les informations. Il n’est donc pas étonnant que SAP modifie sa politique de licensing dans le bon sens.

Egalement, SAP Cloud Platform (ex HCP) pour développer de nouvelles applications tierces et, dans les prochaines semaines, il sera possible de construire et packager des bouts d’applications comme peut l’être notre solution achat Fiori E@sy Procurement et avoir accès à SAP sans coûts supplémentaires de licences.

Voir notre fiche produit : SAP Fiori E@sy Procurement

En conclusion, nous considérons que cette décision va dans le bon sens pour les clients

Laisser un commentaire