Vous avez profité des ponts de Mai pour vous prendre quelques jours de congés ? Nous aussi 🙂 ! Pendant qu’on profitait du soleil, la 30e édition du SAPPHIRE battait son plein.

Au programme : des stars, des présentations et des annonces.

Vous n’avez pas eu le temps de le suivre ?  
On vous passe Lady Gaga et Sandra Bullock et on vous détaille les 3 infos les + intéressantes

Cette édition était placée sous le signe des partenariats et … du cloud.
Rien d’étonnant quand on sait que SAP poursuit sa politique d’acquisition et de développement de solutions Cloud autour de ses applications traditionnelles.

SAPPHIRE 2019 #1 – SAP Hana (Cloud) pour tous !

Presque 10 ans et 50 000 clients plus tard, le co-fondateur de SAP Hasso Plattner a réaffirmé sa volonté d’imposer HANA malgré les derniers bouleversements d’organisation.

De nouveaux services basés sur HANA ont été dévoilés avec un effort particulier sur le cloud.

Cette offre permettra aux utilisateurs d’adresser l’ensemble de leurs problématiques liées à la donnée au sein d’un même service jusqu’à des fonctionnalités avancées de Datalake.

Elle permettra également de s’adapter à tout type de besoins en volume de données mais également en capacité de calcul. SAP a travaillé à rendre sa plateforme élastique afin de fournir des capacités étendues sur les CPUs ou sur la taille mémoire.

Sur un mode multitenant, SAP espère également rendre les prix + attractifs.

Vous trouverez ci-dessous quelques indices sur les critères qui permettront de déterminer le prix.

Plus rapide, plus flexible mais donc aussi plus accessible.

Le coût total de possession peu élevé permet de répandre son usage et de se lancer très rapidement. C’est l’un des principaux avantages : la flexibilité de l’offre ouvre SAP HANA Cloud à tout type d’entreprise.  

SAPPHIRE 2019 #2 – Nouveau BW en cloud (SAP Data warehouse cloud)

Le 1er service HANA dans le cloud a avoir été dévoilé n’est autre qu’un … datawarehouse !

Il s’agirait de la concrétisation du projet Blueberry. (nous en avions parlé dans les nouveautés du Tech Ed 2018 ici …)

Dans la continuité du « Cloud First », SAP lance donc SAP Data Warehouse Cloud (surement appelé SAP DWC sous peu, vu le naming).

Premier service dédié d’entrepôt de données SAP en cloud facturé à l’usage, le service SAP Data Warehouse Cloud s’appuie sur HANA et permettra des intégrations hybrides avec BW/4HANA ou HANA et d’autres sources de données.

Les utilisateurs pourront accéder rapidement à l’ensemble de leurs données et les analyser dans des espaces spécifiques à leur secteur d’activité.  

La promesse : apporter une solution simple et évolutive de data management, avec une intégration aux solutions SAP cloud/on-premise et d’autres solutions tierces, et la capacité à utiliser les fonctionnalités avancées type ML, IA.

Bon ça c’était pour la théorie, voyons en pratique les éléments clés présentés :  

  • SAP révolutionne avec les espaces
    Après les univers, on passe à la notion d’espaces (Spaces) qui aura pour ambition de satisfaire les besoins antagonistes de la DSI et des utilisateurs.
    Chaque espace disposera de son autonomie, de sa flexibilité en termes de droits, de ses capacités en termes de fonctionnalités et pourra faire le lien virtuel avec la donnée centralisée.
    Comment être agile dans un milieu gouverné !
  • Un Système intelligent pour les performances et le TCO
    Le système monitore comme un grand l’usage des espaces. Suivant les usages, il est capable de proposer la consommation d’unités de calcul complémentaires ou de réallouer des capacités non utilisées.  Dans un futur proche, le système pourra s’auto-adapter en fonction des usages. Vous serez également en mesure de passer vos capacités en mode « Hibernage » pour économiser en TCO.
  • Pour finir, comme toute solution Saas, SAP fera évoluer de manière fréquente la solution et les évolutions seront gérés en grande partie par l’éditeur.
    Vous bénéficierez directement des toutes dernières fonctionnalités de manière récurrente.

Toujours plus parlant avec une « petite » démo :

SAPPHIRE 2019 #3 – Soyez « IN », parlez X-data 

Petit rappel : en janvier dernier SAP a racheté une licorne américaine, Qualtrics, pour de 8 milliards de dollars (soit 7,12 milliards d’euros), notamment pour compléter ultérieurement la suite C/4HANA.

Qualtrics collecte et analyse des informations sur l’expérience (clients, employés, produit et marques peuvent être concernés) par le biais d’enquêtes et de formulaires de feedback avec sa plateforme XM.

A l’occasion de la Keynote d’ouverture présidée par Bill McDermott, le président de Qualitrics est intervenu pour valoriser la combinaison de l’O-data et du X-data.

Traduction :
O-data = Les données opérationnelles (ventes, finances, HR..) vous permettent d’expliquer l’historique.

X-data = les données externes ou données de l’expérience, incluant les croyances, les émotions et les sentiments, vous permettent de comprendre pourquoi.

La combinaison des 2 types de données va permettre d’en savoir davantage et de mieux comprendre vos contextes.

Voici un exemple sur les ressources humaines

Et quid des clients on-premise ?

La stratégie « Cloud First » engagée par SAP ne laisse aucun doute sur l’avenir mais en attendant on peut se demander ce que l’éditeur allemand prépare.

Récemment, nous avions commencé à entendre « Cloud First, but not only » car l’ensemble des produits n’est pas forcément adapté à un public cloud (spécifiques ou encore Add-on absent).

Sur ce point, SAP ne cesse de répéter que les développements applicatifs sont réalisés de manières conjointes et que les versions On-premise bénéficieraient également des mêmes évolutions.

Rien d’étonnant, sachant la majorité de leurs clients ont une solution on-premise au sein de leur entreprise.

Laisser un commentaire