A cœur de la torpeur estivale, nous ne résistons pas à la tentation de partager avec vous cette image qui circule sur les réseaux sociaux et qui illustre la gradations des offres Cloud qui fleurissent chez nos éditeurs préférés… l’occasion de revenir sur ces types d’offres et ce qu’elles recouvrent.

l’informatique, c’est comme la Pizza, il y de nombreuses manières de la consommer :

cloud : on premise, PaaS, IaaS, SaaS

  • On premise (ou Modèle Interne): c’est la solution classique 100% fait maison…
    Vous avez vos serveurs (ou des serveurs vous sont dédiés), vous les gérez, vous apportez vos licences, vous êtres responsable de la maintenance, des montées de version et du SLA (même si vous les déléguez à un tiers)… on parle parfois de Cloud Privé, ça fait plus moderne !
  • IaaS : Infrastructure as a Service : vous voulez faire une pizza, vous achetez l’ensemble des ingrédients puis vous vous débrouillez pour la cuisson et le service.
    En informatique, ça donne : vous avez des logiciels, mais vous ne souhaitez pas vous encombrer avec le Hardware et sa maintenance. Vous trouvez donc un fournisseur qui vous propose un accès à un parc informatique virtualisé sur lequel vous allez installer un système d’exploitation et des applications (On parle parfois de modèle “Bring-Your-Own-License (BYOL)”
  • PaaS : Platform as a Service – vous vous faites livrer la pizza, mais vous fournissez le coca, la table et les chaises.
    En informatique, ça donne : vous trouvez un fournisseur qui vous propose un accès à un parc informatique, un système d’exploitation et des outils d’infrastructure, mais vous gardez le contrôle des applications et pouvez alors ajouter vos propres outils et gérer votre paramétrage comme vous l’entendez.
  • SaaS : Software as a Service : vous allez au restaurant pour manger une pizza (ou encore, vous ne vous occupez de rien mais vous payez l’ensemble des prestations)…
    En informatique, ça donne : vous louez un écriture service (logiciel) et ne vous occupez de rien d’autre…

La grande force du Cloud, c’est que tout vas plus vite… Pour rester dans la Pizza, il se passe peu de temps entre le moment où vous décidez de manger une pizza et le moment où celle ci vous est servie au restaurant (le modèle SaaS). De même, il nous a fallu chez Censio a peine plus d’une heure pour monter une plateforme ECC HANA il y a quelques semaines.

Par contre, si vous devez lancer un appel d’offre pour le four, les ingrédients, recruter un bon Pizzaïolo… vous aurez la totale maîtrise de votre pizza, mais vous allez devoir patienter plus longtemps et surtout immobiliser de l’argent, c’est le modèle “on premise”.

Le Cloud, pourquoi les éditeurs y foncent tous ?

Bien entendu, pour les éditeurs de logiciel (SAP, MicroStrategy pour citer ceux avec qui nous travaillons), le Cloud (et plus particulièrement le SaaS), c’est la ruée vers l’or…

Ce modèle leur permet de capter des revenus qui auparavant allaient à votre fournisseur Hardware (HP, IBM…), à votre infogérant, aux salaires de votre équipe IT en charge de gérer la maintenance et les montées de version, ce qui fait mis bout à bout beaucoup d’argent.

Etant donné qu’ils font beaucoup de volume et que c’est leur cœur de métier, ils sont capables de proposer un service de haut niveau, pour un coût total bien moindre.

Nous vous recommandons la lecture d’un article de blog [NDLR : de SAP] qui fait une rapide comparaison entre les coûts HANA CLoud VS On Premise sur 4 ans.

Enfin, juste un petit chiffre : Sur le Q2 2014, les souscriptions aux offres cloud de SAP ont en effet grimpé de 52 % sur un an, pour atteindre les 241 millions d’euros de chiffre d’affaires.
SAP annonce suite à cette hausse spectaculaire qu’elle compte dépasser le milliard d’euros de chiffre d’affaires sur l’année dans le secteur du cloud.

Laisser un commentaire