Décryptage : Gartner Magic Quadrant BI and Analytics 2018 (ou comment l’analyser)

Comme chaque année, le Gartner sort son millésime du “Magic Quadrant BI and Analytics Platforms”.

Vous vous demandez qui vont être les nouveaux lauréats ?
Est-ce que vous avez choisi la bonne solution ?
Est-ce que les choix du Gartner sont rationnels ?

Pour bien comprendre ce Magic quadrant BI 2018, nous avons analysé tous les recoins pour bien mettre en avant ce qui a été pris en compte et vous offrir une 2e de grille de lecture. Vous éviterez ainsi de vous faire des nœuds au cerveau juste parce que votre solution préférée est mal classée !

Depuis 2017, le Gartner a une vision bien précise des solutions analytiques du futur et 2 critères bien précis influencent le classement :

1. Capacité à fournir des services d’ « Augmented analytics »

Le Gartner a constaté l’année dernière que les entreprises qui ont été les premières à adopter « l’exploration visuelle des données » font maintenant face à des volumes très importants. Tant pour les données que les rapports crées.

Elle se base sur les technologies du Machine Learning et du traitement du langage naturel. Il sert à automatiser la préparation de données, la découverte et le partage “d’insights”. Son principal avantage est de permettre aux analystes de gagner beaucoup de temps.

“By 2020 :

  • Augmented analytics — a paradigm that includes natural language query and narration, augmented data preparation, automated advanced analytics and visual-based data discovery capabilities — will be a dominant driver of new purchases of business intelligence, analytics and data science and machine learning platforms and of embedded analytics. »

2. « Le Cloud est maître »

Déjà en hausse en 2016, le Gartner constate que la BI Cloud a encore accélérée en 2017.  70% des clients tests de l’étude utilisent au moins une solution de BI cloud, contre 40% il y a un an.

Le cabinet affirme même que la majorité des nouveaux déploiements se font dans le Cloud.

 

Alors quid du BI Magic Quadrant 2018 ?

Magic quadrant BI 2018

Gartner – Février 2018

A première vue, stabilité des différents acteurs

  • Ce Magic quadrant BI 2018 est globalement stable,
  • Les 3 leaders des dernières années restent en tête,
  • Il y moins de points que l’année dernière… (après recherche : alteryx, ClearStory Data, ZoomData, Datameer et Pentaho ne sont plus présents),
  • La case challenger, vide en 2017 a retrouvé un membre avec MicroStrategy,
  • Deux absents… Google et Amazon, qui ont pourtant fait un buzz récurrent en terme Analytics en 2017 et qui sont à la pointe en terme de IA…

Mais avec quelques évolutions notables !

 

Source : Benjamin Arnulf

Les mouvements les + notables sont:

  • Qlik fait un saut vers la droite sur l’axe « completness of vision »,
  • MicroStrategy, fait un mouvement original, puisque l’éditeur baisse en « completness of vision » mais monte très très fort en « ability to execute »,
  • SAP qui baisse en « ability to execute »,
  • Toughspot qui a l’honneur du plus gros déplacement sur le Quadrant et qui passe des Niche Players vers les Visionnaires.

Un mot sur les leaders

Microsoft, leader mais des faiblesses notables

C’est à priori le grand gagnant de la cuvée 2018… avec Power BI (basée sur Azure).
Les traditionnels Microsoft Reporting Services et Analysis Services ne sont pas dans le scope.
Microsoft semble surtout être porté par le pronostic du Gartner : en 2020 (demain !), la majorité de consommation de BI se fera par la voix… Composante importante de l’Augmented analytics et domaine où MSFT excelle.

En revanche, les faiblesses de l’éditeur semblent assez importantes : le Gartner parle de l’immaturité du produit (il manque encore des fonctions), de son manque de profondeur (les clients l’utilisent souvent pour des rapports statiques et des dashboards). Par contre, peu d’utilisation pour les autres grandes familles d’usage de la BI… Assez surprenant pour le N°1 !

Cependant, le Gartner note que les prix de la BI en Cloud subissent une pression assez forte à la baisse. Microsoft n’y est clairement pas pour rien, avec des prix d’accès très compétitifs.

Qlikview, en rémission malgré des parts en marché en érosion

Après une année marquée par le retrait de Qlik de la bourse par Thomas Bravo.
Qlik fait une belle remontée et reprend ce qu’il avait perdu en 2017.
Cette hausse est due à la vision de Qlik (dans Qliksense) et à ses travaux en cours autour de l’Augmented analytics.

Le Gartner émet tout de même un certain nombre de réserves. Bien que les chiffres ne soient plus publiés, il suggère que le chiffre d’affaire et les parts de marchés de Qlik baissent sensiblement… Il parle même d’un momentum faible, ce qui est inquiétant étant donné les investissements nécessaires à venir.

Tableau, bien mais pas encore tout à fait « augmented analytics »

Champion toute catégorie de la “dataviz”, Tableau truste la catégorie leader depuis un moment.

Le Gartner souligne que Tableau a sorti beaucoup de fonctions orientées IT dans le but d’attaquer le marché des déploiements à grande échelle. Le cabinet qualifie Tableau de Gold Standard pour la dataviz, mais annonce que Tableau est en retard sur la prochaine génération de produits (Augmented analytics).

Focus quelques autres éditeurs

Domo

L’ovni de Salt Lake City réalise une jolie progression, notamment sur l’axe “ability to execute”. Le Gartner confirme ce que nous pensons de Domo (pour rappel, une solution de BI Cloud), à savoir :

  • Déploiement en un claquement de doigt : on en a beaucoup parlé, mais c’est effectivement très très impressionnant,
  • Facilité d’usage : même votre patron peut y arriver !
  • Business Value : de part sa facilité d’usage, les clients de Domo annoncent des gains Business importants (1er du Magic quadrant BI 2018 sur ce critère),
  • Scalabilité (Growing data and deployment sizes) : Domo gère de plus en plus d’utilisateurs et des datasets de plus en plus importants… Tout en gardant la satisfaction client sur ce point.

Voir aussi : La Business Intelligence (beaucoup) plus rapide pour vos applications Cloud avec Domo

SAP, la libération en 2019 avec Leonardo ?

Comme en 2016 et 2017, ce Magic Quadrant se concentre exclusivement sur Lumira (qui a absorbé Design Studio) et SAP Analytics Cloud (SAC) -SAP BusinessObjects Cloud.
[Ce qui veut dire que Dashboards Design, Crystal Reports, Web Intelligence et Analysis for Office se sont pas étudiés !].

Sa position, décevante pour l’éditeur Allemand, plutôt habitué au carré des leaders, s’explique selon le Gartner par des limitations produits. Pour rappel, on parle ici exclusivement de SAC et Lumira. Mais aussi par des évaluations faibles des clients sur la catégorie de l’expérience utilisateur.

Cependant, les annonces autour de Leonardo plaisent beaucoup aux analystes. Il sera intéressant de voir si le mix de Leonardo et des investissements massifs de SAP vont lui faire faire un bon dans le MQ 2019.

MicroStrategy, « les encouragements » du conseil de classe

L’éditeur Américain obtient quelques points positifs :

  • des progrès dans tous les domaines dans la version 10.9,
  • une expérience utilisateur en forte amélioration,
  • la réussite d’un mix délicat entre Enterprise Data Warehouse et BI self service.

 

Conclusion

Début février, le Gartner constatait dans un communiqué de presse intitulé “Gartner Survey Shows Organizations Are Slow to Advance in Data and Analytics”, que la plupart des clients sont encore très très loin des problématiques mise en avant dans le MQ2017 (à savoir IA, ML, Pervasive BI…).

Peu d’organisations ont été capables à ce jour d’utiliser la donnée pour se transformer.  Toujours d’après le Gartner, près de 2/3 des sondés considèrent que la BI d’entreprise et les tableaux de bords sont les apps les plus critiques en ce qui concerne le domaine “data & analytics”.

Sans surprise, ce même sondage montre que l’Europe est particulièrement en retard…

Laisser un commentaire