Lors du Printemps de l’USF (Utilisateurs SAP Francophone) de Mars dernier, le thème abordé fut celui du développement durable. SAP matérialise cette démarche à travers son offre SAP GRC (Governance Risk Compliance).

Cette année, à l’occasion du Cebit 2009, salon allemand réunissant tous les grands acteurs des technologies de l’information dans le monde, SAP a de nouveau abordé ce thème. Son co-PDG, Léo Apotheker, a invoqué les technologies de l’information et de la communication pour affronter les grands défis économiques, sociaux, sanitaires et environnementaux du moment. Il s’est donc engagé à réduire l’empreinte carbone de son entreprise d’ici 2020, en prévoyant de ramener ses émissions de gaz à effet de serre au niveau de ce qu’il se produisait en 2000, soit à réduire de 60% l’empreinte carbone de chaque collaborateur de SAP !

Par son tout premier (rapport développement durable), SAP fait un premier état des lieux de son entreprise d’un point de vue économique, environnemental et social :

  • sa consommation énergétique totale ? 403,8 GW/h, soit la consommation d’électricité d’une ville de 50 000 habitants !
  • son émission de CO2 ? 406 000 tonnes, dont 70% proviennent des déplacements professionnels
  • son entreprise ? 51 000 employés dans 50 pays
  • la parité homme/femme ? les femmes ne représentent que 28,8% de la société
  • turnover des employés ? 10,6%

Grâce à Peter Graf, en charge de la nouvelle direction transversale pour le développement durable chez SAP, des mesures telles que la réduction de la facture d’électricité vont être mise en place, mesures qu’il compte appliquer aux autres secteurs de l’industrie.

En effet, celui-ci est en charge de son nouveau produit EHS (Environnement, Health and Safety). Cette solution, intégrée à SAP GRC, va permettre aux entreprises de vérifier que leurs activités sont en phase avec leur politique de développement durable ou avec la législation, telle que la directive européenne REACH (Registration, Evaluation, and Authorization CHemicals).

SAP réussira-t-il à instaurer les bonnes pratiques en matière de développement durable ? Réponse dans le prochain rapport de développement durable…


Laisser un commentaire