Dans un ancien article présentant les nouveautés apportées par l’ensemble des outils de la suite SAP BusinessObjects BI 4.0, nous avions évoqué les évolutions majeures de l’outil de conception d’univers (ex « Universe Designer ») désormais appelé Information Design Tool (IDT). Parmi celles-ci figurent notamment la possibilité de créer des univers directement à partir des infoproviders BW sans avoir à passer par une couche BEx, ou encore de créer des univers multi-sources, ce qui n’était pas le cas avant.

Nous avons donc souhaité tester ces nouvelles fonctionnalités par nous-même, en reproduisant un cas qui peut être fréquemment rencontré au sein des entreprises, à savoir un budget issu d’un système non SAP (ici une base de données MySQL) et un réalisé dans SAP BW. L’objectif ici est donc de rapprocher une base de données relationnelle avec une base de données multidimensionnelle au sein d’un seul et même univers multi-sources de l’Information Design Tool afin de pouvoir s’en servir dans les outils de reporting de la suite BO 4.0.

Source de données N°1 : Multicube SAP BW contenant un réalisé de ventes pour une société donnée :

Source de données N°2 : Base de données MySQL contenant une table «budget » des ventes (quantité et montant) à la maille région :


  • Conversion du cube BW en base de données relationnelle :

Là où dans l’Universe Designer nous étions contraints de passer par des requêtes Bex pour utiliser les données de BW dans un univers BO, l’Information Design Tool nous permet désormais d’utiliser directement les infoproviders comme source de données. De plus, la conversion des infoproviders multidimensionnels dans un univers relationnel se fait très aisément puisque les tables et jointures sont créées pour nous. (L’exemple est ici établi sur un multicube en version BW 7.0, mais pour l’avoir testé, le comportement est le même à partir d’un Semantic Partitioned Object (SPO) en 7.3)

Le multicube BW que nous utilisons dans cet exemple est ainsi représenté de la façon suivante une fois importé dans l’IDT :

Univers multisource avec un multicube SAP BW

Les tables de cet univers étant nombreuses, nous ne pouvons bien sûr pas toutes les afficher, mais nous voyons ici que la table des faits (fond jaune), celles des dimensions (fonds bleus) et des textes (fonds verts) ont été automatiquement créées et jointes entre elles.

  • Ajout d’une nouvelle source de données :

Il faut ensuite ajouter à cet univers la seconde source de données. Nous voyons ci-dessous qu’en plus de la connexion à la source BW appelée « SALES_ANALYSIS_-_MULTI » (en vert) s’est ajouté la connexion à la source MySQL appelée « DEMOBO » (en bleu) et contenant la table « Budget » :

Une fois la source MySQL jointe à l’univers, il faut la relier avec la source BW pour obtenir un univers multi-sources exploitable. Dans notre exemple c’est la caractéristique « Région » qui nous permet de faire le lien entre les 2 sources de données :

Nous obtenons ainsi un univers multi-sources dans lequel nous avons à la fois des données réelles et du budget que nous pouvons exploiter avec les outils de reporting, comme par exemple ci-dessous avec un rapport webi basé sur cet univers :

Nous voyons donc que des indicateurs provenant de sources SAP et non SAP (« Amount » et « Quantity » pour BW, « Amount Budget » et « Quantity Budget » pour MySQL) peuvent être facilement utilisés simultanément. Cela suppose que les jointures sur les caractéristiques communes soient correctement créées au préalable dans l’univers.

Des améliorations concrètes…et quelques limites

Cette nouvelle version de l’outil de conception d’univers de la suite BO est donc un exemple supplémentaire de la meilleure intégration qui s’est opérée entre ces outils et ceux de SAP. Le fait de pouvoir intégrer directement les infoproviders BW dans l’IDT réduit en effet les « couches » successives de données nécessaires à la création de rapport.

Cependant, s’affranchir de cette étape BEx a aussi ses limites puisqu’en agissant de la sorte nous nous privons de certaines fonctionnalités qui lui sont liées, à savoir les indicateurs restreints et calculés ou les structures personnalisées. De plus l’univers créé étant de type relationnel, les hiérarchies BW ne sont pas supportées. Enfin, les autorisations BW ne sont pas exploitables.

Ces limites, non négligeables, doivent donc être prises en compte lorsque l’on projette de créer des rapports basés sur des univers multi-sources : un arbitrage doit donc s’opérer entre le fait de se donner la possibilité d’effectuer des univers multi-sources (et la faculté de relier facilement des informations qui ne l’étaient pas) et les contraintes de ce type d’architecture.

Laisser un commentaire